Les marchés haussiers...

"Les marchés haussiers naissent dans le pessimisme, grandissent dans le scepticisme, mûrissent dans l'optimisme et meurent dans l'euphorie", a écrit un jour le légendaire gestionnaire de fonds Sir John Templeton.

Tout comme l'économie est soumise à des hauts et des bas constants, le sentiment des investisseurs oscille de l'avidité à la peur et inversement. Comment éviter les pièges les plus dangereux pour les investisseurs et utiliser le sentiment du marché pour réussir ses investissements ? *


"Les périodes de grande peur et de scepticisme sont généralement marquées par une dégradation des données économiques, une hausse des primes de crédit et des bouleversements politiques. Toutefois, comme la majorité des responsables politiques et économiques ne sont pas intéressés par les crises permanentes, des contre-mesures entreront tôt ou tard en action si les forces du marché ne parviennent pas à stabiliser la situation. En d'autres termes, la panique des investisseurs prend fin lorsque celle des politiciens et des banquiers centraux commence.

Un autre aspect entre en jeu : les phases de grand scepticisme et de réticence à acheter sur le marché s'accompagnent généralement d'une baisse des valorisations boursières. Étant donné que les valorisations du marché ont également tendance à se rapprocher régulièrement de leur moyenne à long terme, des opportunités de valorisation apparaissent sur les marchés baissiers, tandis que les risques de valorisation prédominent à la fin des marchés haussiers. Les investisseurs à long terme peuvent utiliser cet effet à leur avantage en adoptant un comportement anticyclique au lieu de suivre le troupeau.


...


CONCLUSION : AGIR AVEC PRUDENCE, MAIS PAS DE RAISON DE PANIQUER

L'humeur sur les marchés financiers est également très mauvaise en cet automne 2022. Il y a de nombreuses bonnes raisons à cela. La guerre en Ukraine, l'inflation élevée, la hausse des taux d'intérêt des banques centrales et les inquiétudes concernant les politiques agressives de la Chine ont assombri les perspectives commerciales immédiates de nombreuses entreprises. Cependant, l'histoire des marchés boursiers a enseigné que dans un environnement de grand scepticisme et de valorisations boursières basses, si aucun signal d'achat automatique n'est donné, au moins la vente panique des positions en actions est moins conseillée. De nombreuses actions se négocient déjà à des niveaux de valorisation inférieurs à leur moyenne historique, mais ce n'est pas encore le cas pour l’ensemble des segments de marché.

Par conséquent, lors de la sélection d'actions individuelles, il est important de différencier les actions qui ont intégrées dans leurs valorisations un scénario très négatif, de celles pour lesquelles ce n'est pas encore le cas." *


* extrait d'un rapport gestion de fonds de novembre 2022 d'ODDO BHF

0 commentaire